LE GUIDE DE L'ÊTRE

Libérez-vous des vos blessures de l’âme et de vos fausses croyances

VERRUES – excroissances bénignes de la peau

VERRUES - excroissances bénignes de la peau verrues-plantaires_img1-300x218

En général

Tu n’oses pas montrer qui tu es ; tu te caches ; peut-être as-tu honte de toi, de tes sentiments,de ton corps. « Je suis un(e) incapable, je ne suis qu’un(e)… » Les verrues prennent la place de ton Moi ; tu n’oses pas te mettre en avant, tel(le) que tu te sens dans ton for intérieur. Tu te retires dans tes pensées, dans une atmosphère onirique, parfois irréelle, dans un monde spirituel ; tu perds le contact avec la réalité. Tu as honte du petit enfant sensible en toi ; c’est comme si tu voulais continuellement t’excuser du comportement de cette partie sensible de toi. Tu te considères comme une fleur fanée ; tu te sous-estimes et par conséquent tu auras facilement le sentiment d’être incompris(e), de ne pas être accepté(e) par les autres. En fait tu n’as pas de vue claire de toi, tu n’as pas de véritable contact avec ton je profond, avec la base originelle de ta personne ; tu ne crois pas en toi. Tu n’oses pas te manifester tel(le) que tu es vraiment ; tu restes replié(e) sur toi même, coupé(e) de ta Base sûre. Tu ne te sens pas en sécurité dans ton être ; tu cherches un point d’appui auprès de quelqu’un d’autre, dans un rôle que tu joues ou dans une fonction que tu remplis. Tu as un sentiment de frustration, tu éprouves une impuissance à t’épanouir effectivement. Les grandes et chaleureuses énergies du cœur veulent se faire jour, mais tu les retiens, parce que tu n’es pas ouvert(e) à toi avec amour, parce que tu n’oses pas te donner tes sentiments, ni les montrer aux autres. Beaucoup d’énergies créatrices inutilisées cherchent leur chemin, mais elles sont bloquées. Tu n’oses pas occuper ta place ; tu tiens surtout compte de ce que les autres, le groupe, la famille ou la société attendent de toi, au lieu de vivre selon ta vraie nature spontanée. Mais tu es en proie à l’incertitude et à la solitude, tu chancelles, tu cherches, avec une nervosité et parfois avec une angoisse panique, et tu es en quête de toi, de la porte dans laquelle ta clé va. On dirait que ce monde est nouveau et étranger pour toi : c’est parce que tu ne ‘descends’ pas dans ta propre personne, parce que tu vis encore dans le rêve, parce que tu n’as pas les pieds sur terre et parce que tu ne revendiques pas ta place individuelle. Aussi longtemps que tu doutes de toi et que tu cherches un point d’appui extérieur à toi, tant que tu projettes hors de toi la serrure pour ta clé et que tu ne fais pas confiance à ta propre Base puissante, les verrues peuvent proliférer.

Tu te sens vulnérable ; tu as peur qu’on te fasse souffrir ; tu préfères rester tapi(e) dans ton trou ; mais entre-temps tes forces profondes, tes émotions et tes énergies créatives exercent une poussée,pour émerger. Tu t’irrites de cette frustration ; tu es fâché(e) contre ceux sur qui tu t’appuies. Il est possible que, en tant qu’enfant, tu te sois attiré un milieu où tu te sentes étranger(e) ; tu ne peux ou n’oses pas être toi-même. Raison de plus pour bâtir le plus vite possible sur ton Moi. Tu penses, rêves et rumines trop ; tu ne te fies pas à ton Intuition.

Angoisse de la mort, de la solitude, d’être repoussé(e) ou abandonné(e), parce que tu te trouves laid(e) ou mauvais(e). Mais surtout : tu ne prends pas entièrement possession de toi, de ton corps. Tu ne vis pas encore PLEINEMENT à partir de toi-même, à partir de ton vrai JE.

Cherche le contact avec la Source Mère en ton Moi, qui te nourrit et qui t’offre de la sécurité ! Ose Vivre, ici-et-maintenant. Laisse toi naître vraiment, exprime-toi, crie à pleine gorge si tu le veux. Descends sur terre avec les deux pieds et apprends-toi à marcher sur la base de ton Intuition. Les verrues disparaîtront petit à petit ou soudainement, si tu occupes ta place centrale, si tu oses te manifester tel(le) que tu ES, sans angoisses. Chaque être humain est bon, unique et estimable, tant intérieurement qu ‘extérieurement : sois fidèle à ta nature, ne tiens pas compte de ce que les autres attendent de toi, ni de leur critique, ni de leur éventuelle réprobation. Ne suis pas les principes / les normes de ton éducateur ou de ton professeur, mais ceux de ton Moi Profond. Écoute TES désirs ; découvre TES possibilités dans la créativité de la vie elle-même et CESSE DE TE CACHER ! Ne cherche pas ton salut dans des rêves ou dans des hallucinations, mais dans la sécurité de ton Moi profond. Tu peux toujours te savoir à l’abri dans cette partie immortelle de toi. Laisse le siège éjectable s’envoler, livre-toi à tes sentiments spontanés, ne te freine pas avec des réflexions et des doutes : sois fidèle à ta nature et autorise-toi à t’épanouir comme une fleur. Sois gentil(le) avec toi, vis la Paix en toi ; remplace ta nervosité et l’auto-démolition par le respect et l’amour envers ton Moi unique et originel. VIS TA PROPRE PERSONNE, à cent pour cent ! SORS DE TA CACHETTE! MANIFESTE TOI ! Fais-le à partir de ton véritable Moi, sans réticence, avec une fierté saine !

Verrues aux mains, aux doigts

Tu te sens visé(e) ; tu es honteux(-se) ou tu as peur que les gens te regardent, te condamnent ou te blessent. Incertitude ; tu préférerais te cacher.

Tu te sens laid(e), livré(e) aux autres, impuissant(e). Tu ne te trouves pas une personne bien, tu as même le sentiment que les autres te bâillonnent, mais c’est toi qui n’oses pas te faire respecter. Les autres t’attaquent, « car je ne suis qu’un(e)… ». Mais c’est toi qui t’enfonces toi-même et qui suscites leurs réactions en conséquence de tes convictions intimes à ton propos. Crois-tu qu’il y a en toi un diablotin, te réprouves-tu ? Alors tu t’attireras des gens qui te feront des remarques sur cela. Impuissance à être toi-même : cela t’irrite.

Montre tes mains, ouvertement et librement, et dis : « Oui, ça C ‘EST MOI.  » Laisse émerger les belles énergies saines ; cesse d’avoir une image négative de toi. Accueille-toi dans la sécurité et dans la chaleur de ton Moi ! Accepte-toi entièrement tel(le) que tu es : sois fidèle à ta nature, et non à ce que la société ou les autres attendent de toi. Ose être toi-même, âme et corps. Tu es unique à ta manière, et c ‘est bon. Ne sois pas fâché(e) contre toi, ni contre quelqu’un d’autre: place en toi tout le pouvoir sur toi. Tu es la seule personne à avoir de l’autorité sur toi.

Verrues aux plantes des pieds

Comme une bouteille avec un message qui est jetée dans la mer, tu appelles inconsciemment « Au secours ! Je me noie dans mes émotions, dans mon impuissance, mes frustrations, ma colère. »

Tu es incertain(e), ta base est vacillante, tu cherches, tu n’arrives pas à avoir prise sur toi, tu cherches un point d’appui auprès des autres. Comme tu n’oses pas être toi-même, tu te retranches, incertain(e) ou honteux(-se), derrière un Rôle que tu joues. Que ce soit le rôle du Bonhomme Noël, de Zorro ou de Napoléon, il s’agit d’une présence factice, ta vraie nature reste cachée. Tu ne sais que faire de tes sentiments ; tu n’oses pas les manifester. Peut-être te sens-tu laid(e) ou inférieur(e) et joues-tu le rôle que les autres attendent de toi. Tu ne t’appuies pas du tout sur tes propres fondements solides. Tu rumines et tu rêves, plutôt que d’avoir les pieds dans la réalité, parce que tes fardeaux émotionnels te sont trop pesants. Tu t’irrites parce que tu ne peux ou n’oses pas être toi-même ; tu t’opposes intérieurement à ceux qui ne te comprennent pas, qui attendent de toi quelque chose qui n’est pas dans ta nature. Tu es fermé(e), tu te caches, tu vis frustré(e), avec des énergies et des possibilités créatives accumulées. Tu te sens dans un état altéré, déséquilibré, maladroit, parce que d’une part tes énergies agressives exercent une poussée, elles veulent se faire jour, et d’autre part tu n’oses pas sortir de ta coquille.

Tu es trop peureux(-se) pour montrer tes vrais sentiments, parce que tu te sens vulnérable et que tu veux te protéger, parce que tu donnes trop de pouvoir aux autres et à leur jugement ou leur regard. Tu as peur de n’être pas assez bien, d’échouer, d’être ridiculisé(e).

Peut-être te sens-tu étranger(e) dans ton propre corps ; peut-être trouves-tu ton corps laid et tâches-tu de te protéger contre le jugement (ou la réprobation) des autres. Tu peux te fâcher énormément pour cela : une colère dirigée contre toi et contre ceux qui ne t’accepteraient pas tel(le) que tu es. Tu as l’impression de n’être qu’une ruine structurelle, peu solide, friable. Tu t’appuies sur quelque chose ou quelqu’un hors de toi.

Sens le centre vigoureux, de ton Je et manifeste-toi Ouvertement, comme tu te sens dans ton for intérieur ! Sois fidèle à ta nature ; penche-toi d’abord sur toi, avec amour, sans tenir compte des réactions ou des attentes des autres. Ose t’engager résolument dans l’aventure de la vie ; compte sur tes fondements solides, sur ton Moi Vivant impérissable. Cesse de te cacher ; tu es bien et unique à ta manière, tel(le) que tu es. Que n ‘oses-tu pas faire ou dire, de quoi as-tu honte ? Trouves-tu qu’être sensible signifie être faible ? Non. Parviens à une compréhension claire de toi, de tes possibilités, de tes forces affectives, qui sont la vraie source de la créativité et de la joie de vivre ! Épanouis-toi, rayonne comme le centre solaire en toi ; crois en tes forces et émotions profondes ; transforme l’agressivité en action ! N’attends pas des autres qu’ils te comprennent, écoute-toi toi-même. Si tu vis comme tu te sens intérieurement, si tu extériorises tes sentiments et tes talents, tu t’attireras les relations qui sont vraiment d’importance pour toi. Ta frustration est causée par la répression de tes propres désirs, de tes impulsions actives et de ton épanouissement : manifeste ton vrai Moi. Cesse de te tenir sous la surface de l’eau ! Prends largement et fermement appui sur tes propres pieds ; occupe ton espace vital et cesse de te cacher.

Verrues au visage

Plus que n’importe quelle autre partie du corps, le visage se rapporte à la « manifestation extérieure ». Tu t’étouffes toi-même, dans des normes et des règles de la société, dans le « c’est ce qui se fait », dans une structure rigide. Tu te forces continuellement, parce que tu livres un combat intérieur : tu luttes avec ta vraie Nature. Celle-ci n’a pas la possibilité de respirer librement. Tu te camoufles ; tu mets un masque.

Tu veux par exemple faire figure de saint stérile, alors qu’intérieurement tes forces bouillonnent comme un volcan qui veut projeter sa fertilité.

« Il le faut ainsi », tu portes des fardeaux inutiles, tu forces tes sentiments en ne t’écoutant pas. Tu es fâché(e) contre toi ; tu dois répondre à certaines attentes, mais tu ne réussis jamais à être ‘idéal(e)’. Ton cœur ne peut pas rayonner, il ne peut pas répandre de l’amour, tant que tu refoules et accumules tes forces agressives, tant que tu ne te trouves un être estimable qu’à certaines conditions. Si tu te trouves laid(e) et insuffisant(e), si tu t’infliges des punitions, si tu te donnes des coups sur la tête pour ainsi dire, tu répandras aussi du venin contre les autres. Des énergies exercent une poussée pour être libérées, mais tu ne cesses de les asphyxier, car tu t’obliges de répondre à tel et à tel critère. Tu caches tes sentiments doux et ta ‘féminité’ derrière un masque dur et ‘masculin’. Tu tues l’enfant spontané en toi. Tu as le coeur serré parce que tu ne reconnais pas ta valeur ; tu veux t’accrocher à quelqu’un d’autre pour avoir un point d’appui, parce que tu ne trouves pas de sécurité ni de protection en toi. C’est pour cette raison que tu as besoin de l’estime des autres et que tu joues un rôle. De cette façon tu t’étouffes toi-même ; tes sentiments sont garrottés ; tu te donnes insuffisamment d’espace. Tes émotions réprimées tâchent de s’agripper à la bouée de sauvetage.

Sois TOI-MÊME, et non seulement ton Ego Extérieur. Écoute tes forces spontanées et tes sentiments. Apparais à la surface : tu es bien tel(le) que tu es. Ne tâche pas de répondre aux attentes du monde extérieur, mais vis ta nature. Dégage-toi de ton harnais ; prends contact avec ton vrai Moi, avec ton Moi profond. Ne vis pas selon des habitudes sclérosées, selon des rituels immuables, selon des obligations et des normes, mais suis ton intuition et tes désirs originels ; respecte ton être unique, prends conscience de ta valeur et sois tout simplement toi-même. Cesse de te frustrer ; exprime tes sentiments, parviens à l’expression authentique de ton moi. Personne n ‘est laid ; les normes extérieures n ‘ont aucune valeur. Tu es toi : ne trahis pas ta propre personne.

La Clef vers l’Autolibération. Christiane Beerlandt O Beerlandt Publications

 

Je tiens à votre disposition certaines techniques telles que la psycho-énergétique et alignement énergétique. Cela me permet de faire des lectures de mémoires cellulaires, d’ouvrir les portes du passé, de vies antérieures et de remonter progressivement les blessures à leur origine. La conscientisation permet de procéder au nettoyage de ces anciennes mémoires cellulaires. Vous trouverez plus d’informations sur mon site  http://retourasoi.jimdo.com/

 

2 commentaires »

  1. PADOU dit :

    Cette explication sur l’origine des verrues est très intéressante. J’ai de nombreuses verrues sur les mains qui ne cessent pas de proliférer. Je me retrouve émotionnellement dans ce que vous exprimez mais comment faire pour guérir? Avez-vous des exercices à proposer pour faire un travail sur soi?

    • Bonjour Padou, pour travailler sur soi, l’idéal c’est de se servir de nos réactions aux événements de la vie courante et de nos émotions. Si on prend l’exemple d’une personne, la personne nous renvoie à ce moment là à notre miroir. Pour le contacter il est nécessaire d’identifier l’impact de la réaction de l’autre sur soi même et de se poser la question suivante : qu’est ce que cette situation réveille en moi ? Et se concentrer sur l’endroit dans le corps qui réagit. Ensuite (sans le mental) accueillir l’émotion qui remonte et la laisser prendre toute son ampleur afin qu’elle puisse s’exprimer et s’identifier par des souvenirs ou des mots qui vont vous venir à l’esprit. Surtout ne pas y mettre de mental car cela empêche le corps d’exprimer ce qu’il a à dire. C’est en allant au bout de ce processus, de la compréhension que l’on a à possibilité de faire la transformation en connaissance. Cette transformation se situe au niveau du corps et des cellules et non dans la tête. Si vous des difficultés à contacter et écouter vos émotions, je propose également des séances de soins à distance. Vous pouvez me contacter par mail à l’adresse suivante retourasoi94@gmail.com ou par mon site internet : http://retourasoi.jimdo.com/

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

Virginie Turiaf-Lefèvre |
Guide Des Aphrodisiaques: l... |
Stoplaclope |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Libre Vimax
| Journal Minceur de Poulette
| Travaillersansstress